Au moindre faux pas- K. B.

Au moindre faux pas

Elle me flique,
Bobonne.
Ils n’avoueront
Jamais
Que quand on
En vient à confier
Son coeur,
La morale
Réprouve
Sous des dehors
Libertins.

Ils sont percés
À jour,
Ces faux libertaires.

On est tellement
Amoureux de la liberté
Qu’on la clame
A tort et à travers,
Dans leurs yeux je
N’existe pas,
Parce que la rancune
Est tenace.

Vous croyez vous
Saint au point
Que je ne sache
Pas que vous vous
Sentez abandonnés
Alors que vous n’avez
Trahis que vous même ?

Oui, ces longues nuits
D’hôpital, moi aussi
Je les ai vècu
Au point que vous
Avez oublié…

Quand la parole
Contredit  le sentiment,
Vous devenez alors des menteurs.

Oui, vous avez tiré un trait
Sur moi parce qu’absent,
Vous avez voulu faire
De moi un Dieu omnipotent
Qui vous protège
Dans un désert humain
Qui ne répond ni à vos envies
Ni à vos désirs, pour toujours
Enfouis à travers votre regard
Mort et jamais assouvis
Dans les bureaux cliniques
De vos bourreaux aséptisés.

K. B

Tous droits réservés. 2019.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s